• Mon coup de Coeur pour - The Amazing Spider-Man – PS3

    Mon coup de Coeur pour - The Amazing Spider-Man – PS3


    Jeu à licence + film = ?

    La crainte de voir un nouveau jeu Spider-Man en même temps que la sortie du reboot au cinéma, était de récupérer un jeu moisi jusqu’à l’os. Malgré toutes les conditions requises pour récupérer une bouse rouge et bleu, les développeurs avaient annoncé, que le jeu ne reprenait pas le scénario du film, et qu’il se situait après. Mais bon, les promesses des développeurs et des éditeurs, on n’y croit plus trop. Les premières vidéos m’avaient intrigué, car je trouvais l’animation de Spidey assez sympathique, et suffisamment pour transformer ma curiosité en impatience aigue au fil des jours.

    Grand Spider-man Auto RPG

    Le jeu même s'il comporte une trame principale, permet également de remplir différentes missions un peu à la façon d’un GTA like, en bien moins poussé. Si les missions sont moins nombreuses et moins diverses que dans son modèle, elles sont quand même introduites ou prétextées par les personnages rencontrés dans le scénario principal. Ainsi, une journaliste à qui on a pris son appareil photo lors d’une mission, nous demandera de prendre des clichés pour différentes raisons, calomnier Oscorp, ou redorer l’image de Spider-Man. On pourra également avec nos traceurs, répondre aux appels de la police, et effectué un support lors de courses poursuites en voiture. Un Jeu bac à sable n’est rien si il ne comporte pas de bonus à débloquer, et ici, il y en a beaucoup. La plupart sont des trophées à décrocher, permettant de débloquer des dessins, ou des biographies de personnages de l’univers de spider-man. Mais il existe un bonus que je trouve fort sympatoche, c’est la collecte de pages de BD. Cela permet d’obtenir des vieux numéros des comics spider-Mann depuis sa première apparition, en format numérique. Ils sont lisibles dans le menu des Extras, avec une navigation que j’ai trouvé très bonne sur mon grand écran, entendez par là, que c’est très lisible même sur un grand écran et très simple à parcourir.

    Il y a également des missions challenge, commentées par l’increvable Bruce Campbell, acteur fétiche de Sam Raimi, présent en guest dans les 3 premiers films de Sam Raimi. Ici, il s’agit de suivre à l’aide d’un viseur de caméra, les cabrioles de spider-Man. Alors je ne sais pas si tous les autres challenges sont identiques, mais à part pour admirer l’agilité et l’animation de notre homme araignée, cette phase est faible en termes de gameplay, mais est un régal pour les yeux.(Maj: il y a également des parcours de vitesse, donc plusieurs types de challenges...ouf)

    Et ce n’est pas tout, car en gagnant de l’expérience, on a la possibilité de choisir des améliorations de pouvoirs, ou de nouveaux pouvoirs. Ceux-ci sont débloqué au fur et à mesure, et libre à nous de les activer ou non. L’expérience est composée en points de recherche et en expérience, permettant de faire évoluer Spider-Man dans 2 domaines différents. Donc jusqu’ici, en terme de jeu, il y a du contenu, et du challenge, ce qui pour un jeu associé à la sortie d’un film est plutôt rare, mais qu’en est-il de la réalisation ?

    Une réalisation suffisante pour y croire

    Je n’ai pas envie d’affirmer que le jeu a une réalisation exceptionnelle et pourtant j’aurais bien envie de dire qu’il est superbe. D’un côté, il y a une patte artistique quelconque en ce qui concerne les environnements, et les intérieurs. On voit pas mal d’aliasing, et on n’est pas estomaqué par la beauté du décor. Mais de l’autre, on a le droit au plus beau spider-man réalisé en jeu vidéo, avec une texture exceptionnelle du costume, et une animation qui décroche un grand sourire dès que l’on tisse notre toile en se baladant entre les grattes ciel New-yorkais. On reste impressionné par la vue vertigineuse que l’on a lorsqu’on se laisse tomber de l’empire State Building pour tisser lancer une toile et passer au ras des voitures, des arbres, des bâtiments. Pour moi c’est simple, c’est aussi bon que les quelques passages des films de Raimi, sauf qu’ici on a le contrôle, on s’éclate, on ressent le plaisir adolescent de Peter Parker à parcourir la ville et en hurlant sa joie. C’est réellement l’un des grand point fort du jeu, réussir à nous transcrire les sensations de voltiges et d’acrobatie de Spider-Man. J’ai également été surpris par la distance d’affichage, les nuages au niveau des buildings, la vue de la statue de la liberté au loin (mais je ne sais pas si on peut y accéder)…

    Au niveau des intérieurs, on est moins impressionné. Ils se ressemblent un peu, et le level design n’aide pas à les mettre en valeur. Ça me fait penser à Batman Arkham Asylum. On suit un trajet qui va nous faire passer par des grandes pièces dans lequel on va combattre des mobs, puis activer des mécanismes pour continuer jusqu’à la sortie, ou bien jusqu’à un boss. La formule fonctionne malgré tout et tout comme dans le jeu de Rocksteady, on peut choisir une méthode bourrine, ou plutôt la discrétion absolue. J’ai bien aimé à ce sujet, le fait que l’animation pour les attaques silencieuses, changent de temps à autres. Parfois spider-man ramasse l’ennemi et l’accroche au plafond, parfois il l’embobine dans un cocon de toile après être arrivé discrètement derrière lui, et parfois il le laisse coller sur le sol. Bref pour moi le titre possède une excellent réalisation, en tout cas elle fait son job, à savoir nous faire vivre les sensations d’être dans la peau de l’homme araignée. A noter également la qualité de l’interface, du menu avec le survol de la ville, et les musiques dans le style des derniers films sortis.

    Un Gameplay classique mais bien adapté

    D’un point de vue gameplay, la comparaison avec Batman est inévitable. Déjà parce que ce sont 2 jeux dédiés à des super héros, d’autre part, parce que ces deux super héros ont des styles de mouvements et de déplacement assez proches. Batman a son grappin, spider-man a sa toile, ils ont tous les deux des gadgets, Batman a un sonar, Spidey son sens de l’araignée, ils combattent tous deux avec leur poings, et une arme à distance. Donc pour ce qui est des attaques sournoises, heu, discrètes, on appui sur une touche quand les conditions le permettent, et ici on peut même voir la zone dans lequel c’est réalisable avec une toile en surimpression sur le décor. Pour ce qui est du combat, on retrouve peu ou prou le gameplay du Dark Knight, avec un bouton de coup(le carré), un bouton d’esquive(le triangle) et un bouton pour utiliser la toile et effectuer les finish moves(le rond), le X servant à sauter, le L1 à s’échapper pour reprendre de la vie. Au début j’ai eu un peu peur car le jeu m’indiquait à quel moment je devais appuyer sur triangle pour esquiver. Je me suis dit que les combats allaient être trop simples pour avoir du plaisir. Mais il n’en n’est rien. Les indications n’étaient présentes qu’à titre de tuto lors des premiers combats. Désormais c’est le sixième sens de l’araignée qui s’affiche au dessus de la tête de Spidey, pour nous indiquer qu’un mauvais coup arrive. Il faut donc jongler entre esquive coup de poings/pieds durant les combats. A cela s’ajoute quelque chose de nouveau, et qui ne concerne pas que les combats, le Web-rush.

    Le Web-Rush, I Like

    Alors le Web-rush, c’est quelque chose qui se situe entre le Bullet-time, et le sonar de Batman. En appuyant sur R1 on déclenche se dernier pendant un temps variable qui dépendra de nos compétences. Dès que l’on appui sur le R1, on passe en pseudo vue à la première personne avec les contours du masque de Spider-Man (très bel effet au passage), le temps ne se fige pas mais se ralenti, nous laissant le temps de regarder autour de nous. En Rouge vont s’afficher les ennemis, et en or vont s’afficher les positions sur lesquels peut se rendre Spider-Man quand nous allions relâcher la touche R1. Cela peut être au plafond, sur une balustrade, un mur, un porte drapeau, un hélicoptère…et toutes les surfaces accessibles.

    Quand on relâche la touche R1, Spider Man se lance sur le point visé. Cela permet en ville par exemple de parcourir de grande distance sans se balancer de toile en toile, et spider-man peut très bien passé par 2 ou 3 surfaces avant d’arriver sur l’endroit choisi. On y gagne en précision et en rapidité (d’où le rush). Sur un ennemi, Spider man va fondre sur lui pour le cogner. Sachant qu’avant d’arriver sur l’ennemi, on peut utiliser les touches pour modifier la façon de faire. Par exemple si j’appui sur triangle avant d’atteindre la cible, je vais me contenter de taper la cible avec les pieds et me relancer dans les airs, me permettant ainsi éventuellement de cibler un autre ennemi ou le même via le Web-rush. Si ma cible était un container, ou une bonbonne de gaz, Spider-Man va l’utiliser pour la jeter sur les ennemis les plus proches. Le Web-rush est une belle idée qui à mon avis simule à merveille la rapidité de l’homme araignée, et son sixième sens. Le fait que le temps ne soit ralenti que pendant un court instant et s’accélère au bout de quelques secondes évite que ce soit trop facile. Même si on peut réenclencher le Web-Rush rapidement. A noter également qu’une fois enclencher, si on relâche le R1, Spider-Man prendra la direction indiquer à toute vitesse. Mais on peut annuler son web-Rush en appuyant sur rond avant de relâcher la touche R1.

    Combat de Boss

    Au niveau du combat contre des Boss, j’ai bien aimé mon premier combat à l’air libre contre un énorme robot d’Ozcorp. Il s’agit ici de rechercher les points vitaux, de les détruires, d’esquiver les armes lourdes balancées par le boss, et ensuite de le finir. Bref, ça donne lieu à du grand spectacle, parfois il y a des QTE mais pas uniquement, et le mélange est agréable. Il donne une impression de maitrise et d’urgence à la fois.

    La mode du smartphone

    Et oui même Spider-Man se voit affubler d’un téléphone mobile intelligent. Ce dernier lui sert de GPS, de boite mail, d’arbre de compétences, bref un outil bien pratique pour l’homme araignée des temps modernes. La navigation dans le menu est simple, et franchement bien incorporé dans le jeu. Mais je n’ai pas reconnu le modèle XPéria utiliséJ.

    Le scénario

    De ce que j’ai joué, on va aider le docteur Connors (qui est en prison au début du jeu) à trouver un anti-virus pour combattre le virus propagé par les spécimens échappés des laboratoires d’Ozcorp. Dans ce dernier, les ingénieurs, le PDG d’Ozcorp, et Gwen sont confinés en quarantaine. Le scénario se suit en effectuant les missions dites principales. Au niveau des cutscenes effectuées avec les moteur du jeu, c’est correcte sans plus, la synchro labiale est par contre à la ramasse, même en VO.

    En conclusion

    C’est simple, il s’agit pour moi du meilleur jeu Spider-Man auquel j’ai joué, c’est fun et bien réalisé. Le jeu contient des idées nouvelles ou bien recyclées, et si vous êtes fan de Spiderman, courez l’acheter vous allez adorer. Si vous connaissez le gameplay des batmans de RockSteady, The Amazing spider-Man n’a pas à rougir de la comparaison et s’avère être un excellent titre. 

    En attendant la video in game, un petit clip avec des morceaux de gameplay


    Tags Tags : , , , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :